Le leader français des panneaux de porte en PVC se diversifie pour contrer la chute de son marché principal.

Jean-Gabriel Creton (photo) compte bien passer à côté de la crise. Le fondateur d’Euradif, entend aller chercher des bénéfices « dans l’écuelle du voisin » et investir de nouveaux marchés. Son challenge : maintenir la croissance de son entreprise dans un marché lui-même en régression. Sa stratégie : diversifier son activité vers des produits plus hauts de gamme où les marges sont supérieures.

Installée à Béthune, Euradif conçoit, fabrique et commercialise des panneaux de portes en PVC et en alu. Leader en France, l’entreprise de 137 salariés produit 80 000 panneaux par an. L’activité représente 95% du volume d’affaires, une concentration jugée dangereuse par l’entrepreneur qui entrevoit la stagnation de ce marché, liée à l’effondrement de celui de la menuiserie (-25% en 2011).

Euradif contre-attaque donc. Et lance en septembre la marque SafeDoors : des portes blindées moyenne gamme, abordables, à mi chemin entre la porte basique et le luxe de Designity, l’offre de portes blindées de luxe lancée en 2011 par l’entreprise. « Cette diversification est stratégique pour le groupe, elle doit nous permettre de continuer à croître » explique Jean-Gabriel Creton. « Aujourd’hui, des portes toutes simples en PVC sont vendues jusqu’à 3500 euros. Pour le même prix, nous allons installer des portes blindées. Il y a une place à prendre sur le marché avec ce produit».

Sa Pmi réalise depuis sa création en 1995 une croissance à deux chiffres, exception faite de 2012, où l’expansion sera « seulement » de 5 à 10%. Une belle performance au vu de la conjoncture. Le chiffre d’affaires est passé de 15,2 millions d’euros en 2008 à 22,8 millions en 2011, et son dirigeant entend bien continuer ainsi. « Actuellement, deux choix sont possibles : subir ou faire face, donc on se donne les moyens et on va chercher les marchés » explique-t-il. Une extension du site de production de Béthune de 2500 m2 vient d’être réalisée, près de dix cadres ont été recrutés, le matériel informatique et l’outillage informatique ont été modernisés. Au total, Euradif aura investi 3,6 M€ entre 2010 et 2012.

Flairant la prochaine stagnation du secteur des portes en PVC, Jean-Gabriel Creton avait entamé cette démarche de diversification dès 2010. En commençant par investir dans la fabrication de portes en matériau composite imitant le bois avec de meilleures qualités thermiques et phoniques. En 2010, est née la marque RTDoors (pour réglementation thermique) à destination de l’habitat individuel, déclinée pour le logement social sous la marque TradiDoors. Parallèlement, le dirigeant a investi un marché dont il sentait le potentiel : celui de la sécurité. Créée en 2011, la filiale SDL commercialise des portes blindées hauts de gamme, sous la marque Designity. De quoi élargir le spectre de sa clientèle et diluer encore davantage le chiffre d’affaires. « Aujourd’hui, mon plus gros client ne représente plus que 3% de mon chiffre d’affaires, et je trouve que c’est encore trop! » , sourit Jean-Gabriel Creton.

Marie Raimbault

 

 

Partager sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>